Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

 

Message de l’Ombudsman | 6 décembre 2018

 

Il y a vingt-neuf ans aujourd’hui, 14 jeunes femmes ont perdu la vie simplement parce qu’elles étaient des femmes. Quatorze jeunes femmes dont l’ensemble des contributions au Canada et au reste du monde ne seront jamais réalisées en raison d’un acte de violence insensé.

En cette Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, nous nous souvenons pour que cette perte monumentale n’ait pas été vaine. Nous nous souvenons pour que leurs espoirs, leurs rêves et leurs aspirations soient réalisés par les jeunes femmes et les filles qui les ont suivies.

Le 6 décembre est également une journée de mobilisation au cours de laquelle nous sommes invités à nous engager pour mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’une femme sur trois dans le monde sera victime de violence physique ou sexuelle au cours de sa vie.

Les résultats de l’Enquête sur la violence à l’égard des femmes de 1994 de Statistique Canada ont révélé que la moitié de toutes les femmes au Canada ont vécu au moins un acte de violence physique ou sexuelle depuis l’âge de 16 ans.

Par nos actions, nous pouvons faire en sorte que les programmes et les politiques appropriés soient en place, que nous élevions la voix lorsque nous sommes témoins d’une injustice et que nous nous tenions debout lorsqu’il est temps d’écouter et d’être à l’écoute.

 Individuellement et collectivement, nous pouvons faire bouger les choses.

 

Gregory Lick
Ombudsman

 

Nous nous souvenons

 

Geneviève Bergeron

Maryse Leclair

Hélène Colgan

Anne-Marie Lemay

Nathalie Croteau

Michèle Richard

Barbara Daigneault

Sonia Pelletier

Anne-Marie Edward

Annie St-Arneault

Maud Haviernick

Annie Turcotte

Maryse Laganière

Barbara Klucznik-Widajewicz

 

 

Date de modification :