Message de l'Ombudsman - le 19 avril 2012

Un examen systémique des préoccupations soulevées par les familles des militaires canadiens

Je suis heureux d'annoncer aux personnes pouvant avoir recours à nos services que nous procédons à un examen systémique des soins et du traitement offerts aux familles des militaires canadiens, et, à bien des égards, de la réalité et du fardeau uniques auxquels elles se heurtent.
 

Notre intervention la plus visible au cours des dernières années portait sur le traitement réservé aux familles qui ont perdu un être cher pendant qu'il était au service des Forces canadiennes. Les efforts que nous avons déployés ont permis de connaître plusieurs des préoccupations qui touchent la vie des familles de nos militaires - y compris la cadence opérationnelle, les traumatismes liés au stress opérationnel, les problèmes médicaux et le soutien social et communautaire.
 

Lors de nos activités importantes de sensibilisation partout au pays - pendant lesquelles nous nous faisons un devoir de rencontrer le plus grand nombre possible de familles -, nous avons constaté et consigné plusieurs de ces mêmes préoccupations. Au cours de la dernière année, nous avons aussi reçu plus de 100 plaintes de familles de militaires qui portaient sur ces mêmes inquiétudes.
 

J'estime que les familles des militaires du Canada sont des entités nationales et qu'elles jouent un rôle clé dans le maintien de l'efficacité opérationnelle des Forces canadiennes. Elles font aussi d'énormes sacrifices pour leur être cher militaire et notre pays.
 

À bien des égards, la vie des familles des militaires est unique et très exigeante - elle se traduit par des déménagements fréquents (souvent d'une province à une autre et loin de leurs proches) et des périodes d'incertitude, des absences prolongées des conjoints et conjointes militaires, une anxiété intense en raison des déploiements opérationnels et des soins supplémentaires pour les êtres chers qui sont blessés pendant leur service militaire.
 

En même temps, les familles des militaires - et la définition de famille militaire - ont également évolué considérablement au cours des dernières décennies et comprennent de plus en plus de conjoints ou conjointes qui travaillent, de chefs de famille monoparentale, de couples homosexuels et d'autres dynamiques familiales. Toutefois, la culture, les politiques et les pratiques militaires n'ont pas toujours pas suivi ces changements, ce qui a entraîné des difficultés à de nombreuses familles de militaires.
 

Le ministre de la Défense nationale, le Ministère et les Forces canadiennes ont mis en place plusieurs initiatives majeures au cours des dernières années, lesquelles visaient à fournir plus de soutien aux familles des militaires canadiens. Toutefois, même avec l'ajout de ces programmes et initiatives, nous avons trouvé plusieurs importantes préoccupations et plaintes systémiques qui n'ont pas été réglées du tout ou de façon uniforme et cohérente à l'échelle du pays.
 

De plus, certaines des préoccupations et des plaintes les plus courantes ne relèvent pas de l'autorité de la Défense nationale et même du gouvernement du Canada.
 

Au Canada, les provinces sont généralement responsables des soins de santé, de l'emploi et de services de garde des enfants. Par conséquent, certaines familles des militaires - à qui les Forces canadiennes leur demandent de déménager d'un bout à l'autre du Canada - passent entre les mailles du filet et souffrent.
 

Par exemple, quand des membres des Forces canadiennes et leur famille sont mutés d'une province à une autre, de nombreux conjoints et conjointes ont beaucoup de difficulté à obtenir des soins de santé et des services de garde d'enfants adéquats en temps opportun.
 

Bien que de nombreux Canadiens éprouvent les mêmes problèmes, ceux-ci sont plus marqués pour les familles des militaires, car les Forces canadiennes peuvent demander aux militaires de déménager à une douzaine de reprises ou plus pendant leur carrière militaire. En effet, les familles des Forces canadiennes déménagent trois fois plus souvent que les familles civiles et sont quatre fois moins susceptibles d'avoir un médecin de famille.
 

La mobilité pose également un problème pour les conjoints et conjointes des militaires qui cherchent un emploi, en plus du fait que de nombreuses provinces ne reconnaissent pas les compétences et l'expertise de certains conjoints ou conjointes des militaires lorsqu'ils doivent déménager d'une province à une autre.
 

Dans le cadre du présent examen, nous analyserons la politique et les procédures de mobilité des Forces canadiennes - en vue de déterminer, en particulier, s'il y a des façons, au niveau de la politique, de soulager une partie du fardeau des familles des militaires canadiens.
 

Nous voulons aussi travailler avec nos homologues provinciaux pour examiner les meilleures pratiques et voir si nous pouvons formuler certaines recommandations collectives pour améliorer la qualité de la vie de nos familles des militaires.
 

Nous parlerons aux familles des militaires et examinerons les soins et le traitement qu'elles reçoivent pendant toute leur expérience dans les Forces canadiennes, notamment pendant l'enrôlement de leur être cher dans les forces armées, l'instruction de base et les périodes d'instruction suivantes, les diverses affectations, les déploiements opérationnels, la maladie ou le décès de leur être cher et le départ de la communauté de la Défense.
 

Finalement, nous chercherons à déterminer si les Forces canadiennes ont mis en place les ressources, les politiques et les programmes appropriés pour prendre soin adéquatement des familles des militaires canadiens.
 

Pendant que cet examen va de l'avant, j'espère que toutes les familles des militaires qui éprouvent des difficultés communiqueront avec notre Bureau afin que nous puissions les aider et rendre compte de leurs expériences dans cet examen plus vaste.
 

Pierre Daigle
Ombudsman

Date de modification :