ARCHIVÉE - Le ministre de la Défense nationale soumet une matrice sur les langues officielles et s'engage à veiller à la mise en oeuvre de mesures correctives

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 14 mars 2008

Madame Mary McFadyen
Ombudsman intérimaire du ministère
de la Défense nationale et des Forces canadiennes
100, rue Metcalfe, 12e étage
Ottawa (Ontario) KIP 5M1

 

Madame l’Ombudsman, 

Je vous remercie de votre lettre du 30 janvier 2008 adressée au General R. J Hillier, chef d’état-major de la Défense, concernant les langues officielles à la Base des Forces canadiennes Gagetown, à la Garnison Saint-Jean et à la Base des Forces canadiennes Borden.

Des mesures ont été prises et des échéanciers on été établis en vue de corriger les questions soulevées par l’ombudsman. Vous trouverez ci-joint la matrice des langues officielles utilisée par le personnel clé en vue d’assurer l’observation de la Loi sur les langues officielles. La haute direction (et les chefs de tous les niveaux) est engage à faire respecter cette loi, et nous prenons très au sérieux sa mise en œuvre. On s’attend à ce que tous les objectifs relatifs aux langues officielles soient atteints dans un proche avenir.

La matrice des langues officielles comprend les objectifs et les activités nécessaires pour réussir et pour donner des directives en termes de jalons et de responsabilités connexes au rapport de l’ombudsman. Les équipes du G1 et du G1 langues officielles du Commandement de la Force terrestre vérifieront les étapes de mise en œuvre en effectuant des visites d’aide d’état-major jusqu’au mois d’avril 2008.

Dans les secteurs respectifs, on a effectue des séances d’information sur les questions soulevées, et ce, en suivant la chaîne de commandement. Les coordonnateurs des langues officielles veillent à l’application des mesures prises selon les échéanciers et communiquent les résultats en suivant la chaîne de commandement technique. Des communications claires et concises et le plein appui de la chaîne de commandement entraînent un redressement rapide de la situation ainsi que l’engagement total des secteurs concernés.

Le Commandement de la Force terrestre s’efforce constamment de favoriser et de maintenir un milieu de travail propice à l’utilisation des deux langues officielles, conformément à la Loi sur les langues officielles. Notre dualité linguistique constitue une valeur de longue date qui renforce notre capacité de servir au pays et à l’étranger. Nos soldats sont au cœur de chaque activité que nous menons.

Nous prenons toutes nos décisions dans l’intérêt de nos militaires. Ce que comprend la prestation efficace de services d’égale valeur dans les deuz langues officielles aux endroits et au moment ou la Loi le demande (par la participation équitable, la langue de travail, les communications avec le public et la prestation de services, et l’avancement des collectivités de minorités linguistiques). Nous sommes fortement engages a défendre les intérêts de tous les membres des Forces canadiennes et du personnel civil.

Je vous remercie de nouveau de votre lettre. J’espère que ces renseignements vous seront utiles.

Veuillez agréer, Madame l’Ombudsman, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Peter G MacKay

Pièce jointe : 1
(Matrice langues officielles)

Date de modification :