L’Ombudsman écrit au commandant de la BFC Edmonton concernant sa visite de la base

Le 20 décembre 2016

Brigadier-général S.C. Hetherington
Commandant de la 3e Division du Canada
Quartier général de la 3e Division du Canada
700, av. Vimy
C.P. 10500, succ. Forces
Edmonton (Alberta)  T5J 4J5

 

Brigadier-général Hetherington,

Je vous écris pour faire le suivi de notre visite à la Base de soutien de la 3e Division du Canada Edmonton, du 28 novembre au 2 décembre 2016. Je tiens à remercier votre équipe de commandement pour son hospitalité tout au long de notre visite.

Mon personnel et moi-même avons été ravis de pouvoir rencontrer plus de 700 membres de la communauté de la défense. Nous avons entendu des préoccupations et des commentaires positifs de la part du personnel militaire, des employés civils, des employés des fonds non publics/du programme de soutien du personnel, des prestataires de soins et des familles militaires.

La présente lettre vise à approfondir l’exposé fin de visite que j’ai présenté à votre équipe de commandement, le 2 décembre, et à souligner certaines des préoccupations dont nous avons eu vent. Je suis conscient que vous et votre personnel êtes au courant de ces problèmes, mais j’ai quand même cru bon de les détailler ici et de vous offrir mon aide si jamais vous souhaitez aborder un ou l’autre de ces sujets. Je crois fermement que la collaboration et l’échange de pratiques exemplaires peuvent apporter des changements positifs durables.

Centre de ressources pour les familles des militaires (CRFM)

L’équipe du CRFM, dirigée par Roza Parlin, forme un groupe motivé, dévoué et attentionné qui contribue réellement à changer les choses. Le CRFM assemble tous les ans près de 1000 trousses de bienvenue à l’intention des familles qui sont mutées à Edmonton. Ces trousses aident les familles à connaître les services offerts et atténuent les inconvénients qui viennent avec « encore une autre mutation ».

La 3e Division ayant un niveau de disponibilité opérationnelle élevé, une préoccupation exprimée par le personnel du CRFM a particulièrement capté mon attention. Elle concerne les documents importants liés aux blessures ou au décès d’un militaire des FAC. Les familles et parfois les militaires ne se rendent pas compte de l’importance et de la raison d’être de ces documents. J’ai fait connaître le lien vers notre nouvel outil éducatif en ligne intitulé « Que se passe-t-il après le décès d’un membre des Forces armées canadiennes? », afin d’aider les familles à avoir ces conversations.

Familles

Notre séance de prise de contact avec les familles tenue le 1er décembre a été très populaire. Même si la plupart des plaintes sont de nature personnelle, je me dois de vous faire part de deux sujets :

  • Plaintes concernant l’absence d’un mandat pour faire appliquer les règlements sur les unités de logement résidentiel (ULR) pour les locataires, puisque les ULR sont sur des terres fédérales;
  • Recours par certaines familles militaires de la 3e Division aux banques alimentaires pour joindre les deux bouts.

Familles des militaires disparus

Lorsque j’étais à Edmonton, j’ai rencontré des membres du réseau de la Croix du souvenir. Durant nos discussions, j’ai été informé des efforts du 1er Groupe-brigade mécanisé du Canada (1 GBMC) pour améliorer la communication avec les familles en deuil. Depuis au moins 2012, le 1 GBMC informe la chaîne de commandement d’un problème récurrent comme quoi les règlements des FAC interdisent aux commandants de transmettre des renseignements aux familles des militaires des FAC tués au combat ou morts à la suite de blessures survenues pendant les opérations. Je comprends que des lacunes précises et des recommandations d’améliorations ont été acheminées au moins jusqu’au commandant de l’Armée canadienne, mais qu’aucune mesure concrète n’a encore été prise.

Je trouve cela inacceptable. Les familles de ceux et celles qui ont fait le sacrifice ultime pour leur pays méritent qu’on leur témoigne compassion, respect et soutien, ce qui comprend de l’information juste, en temps opportun.

Les familles des militaires disparus peuvent obtenir du soutien des FAC par l’intermédiaire des gestionnaires des services des CISP et des officiers de liaison avec les familles. Je vous invite à vous assurer que cette information est transmise à tous les intervenants.

Comme vous le savez peut-être, le groupe de travail Pleins feux sur les familles, présidé par le Directeur – Soutien aux familles des militaires, serait l’endroit idéal pour échanger des pratiques exemplaires et des recommandations.

Inconduite sexuelle, opération HONOUR et harcèlement en milieu de travail

  • Des militaires se sont dit s’inquiéter d’être « coupables par association ».
  • Militaires et civils ont aussi exprimé le souhait général de voir se multiplier les plaidoyers contre l’inconduite sexuelle et le harcèlement.

Déménagements et indemnité différentielle de vie chère

Un certain nombre d’enjeux soulevés touchent la réinstallation et les avantages connexes. Les militaires ont trop peu d’information sur les changements à venir au contrat national pour les réinstallations et sur la façon dont cela les touchera. Le manque de souplesse du Plan de garantie de remboursement des pertes immobilières et le gel des taux de l’indemnité différentielle de vie chère depuis 2008 ont été mentionnés parmi les problèmes.

Bien qu’il s’agisse d’enjeux nationaux que je continuerai de porter à l’attention du ministre de la Défense nationale, il est important que vous sachiez que ce sont des questions importantes pour les membres de la 3 Div C. L’approche adoptée par les gouvernements successifs face à ces questions n’a jamais été axée sur les militaires ni fondée sur des choix raisonnés sur le plan des politiques. Plus on laisse perdurer ces problèmes, plus en souffrent les familles et militaires des FAC.

Prestataires de soins physiques, psychologiques et spirituels

J’ai rencontré des militaires et membres du personnel des domaines de l’aumônerie, des soins médicaux et du travail social. Ils ont soulevé les questions suivantes :

  • Il y a un problème de continuité des soins médicaux et dentaires offerts aux familles lorsque les militaires sont mutés d’une province à une autre;
  • Les professionnels de la santé, y compris les médecins, du Secteur Ouest subissent la pression de devoir soutenir une organisation à niveau de préparation opérationnelle élevé. Des réservistes sont embauchés pour pallier la pénurie de médecins militaires de la Force régulière;
  • Les déploiements de 9 à 12 mois sont plus courants, au lieu des déploiements de six mois, ce qui peut être très exigeant pour les militaires et leurs familles;
  • Il est difficile de pourvoir les postes vacants à Wainwright. Des rotations à durée déterminée (ayant une date de fin) pourraient faciliter les affectations.

Centre intégré de soutien du personnel et santé et sécurité

Le personnel et les militaires de l’Unité interarmées de soutien du personnel (UISP) et du Centre intégré de soutien du personnel (CISP) ont pris part à des conversations très ouvertes et productives. Comme certaines des difficultés dont on nous a fait part sont les mêmes partout au pays, j'en informerai le commandant de l’UISP, le Brigadier-général Corbould, dans une lettre distincte.

J’aimerais aussi souligner une préoccupation de santé et sécurité particulière au CISP Edmonton. On nous a mentionné et nous avons vu les conditions matérielles du CISP (bâtiment 201), où les militaires malades et blessés doivent se présenter et obtenir du soutien. On signale la présence d’amiante et d’autres problèmes de santé et sécurité qui nuisent à la prestation de services de transition aux personnes qui en ont le plus besoin. Je comprends qu’on envisage de déménager le CISP dans un autre bâtiment, peut-être en 2019, mais en attendant, cet environnement n’est pas propice à aider les militaires à se concentrer sur leur guérison. Un délai de deux ans ou plus n’est pas, à mon avis, un signe que ce déménagement est une priorité.

Les militaires que nous avons rencontrés ont dit avoir de la difficulté à avoir accès au CISP. Un militaire a suggéré qu’une affectation à l’UISP devrait être comme une ordonnance comprenant le « où » et le « quand ». En réalité, pour les militaires que nous avons rencontrés, une affectation à l’UISP était une lutte pour certains, un combat pour plusieurs. Mentionnons aussi la nécessité de faire valoir sa propre cause pendant les nombreuses étapes précédant la libération des FAC. Un militaire a déclaré : « C’est comme si j’étais la première personne à passer par le processus de libération… J’aimerais rendre la chose plus facile aux prochains ».

Employés civils

Moi et mon équipe avons eu une séance très productive avec le personnel civil de la 3 Div C. Nous avons entendu bon nombre d’histoires personnelles, mais j’ai cru bon de vous informer des préoccupations suivantes :

  • Certains employés ont été affectés par le système de paye Phénix. Les inconvénients comprennent le non-paiement, le paiement partiel, le défaut de réactiver la paye après un congé de maladie et le non-paiement des heures supplémentaires, pour ne nommer que ceux-là;
  • De nombreux problèmes demeurent quant à la classification des postes et aux descriptions de travail désuètes. Même si ce n’est pas un nouvel enjeu, j’entamerai prochainement un examen systémique du processus de classification.

Ces deux questions ne sont pas propres à la 3 Div C, mais demeurent une préoccupation importante pour mon Bureau.

Brigadier-général Hetherington, j’aimerais vous rappeler qu’une grande partie de ces préoccupations font écho à des plaintes que nous avons reçues dans l’ensemble de la communauté de la défense. Certains de ces enjeux feront l’objet de nos examens systémiques et font partie des sujets que je porte à l’attention des hauts dirigeants du MDN et des FAC.

En conclusion, j’aimerais saluer votre profond engagement et celui de votre leadership supérieur envers les hommes et les femmes sous votre commandement. Je suis conscient que certains problèmes et difficultés auxquels vous faites face sont, dans une certaine mesure, hors de votre contrôle. Je vous encourage à continuer de vous attaquer aux problèmes locaux de votre division. N’hésitez pas à contacter mon Bureau ou moi-même pour toute assistance.

Je tiens aussi à vous remercier, ainsi que votre personnel, pour son aide dans l’organisation et le déroulement d’une excellente visite de prise de contact avec nos clients.

Cordialement,

L’Ombudsman,

Gary Walbourne

 

c.c. :    Lieutenant-général C.T. Whitecross
            Commandant du Commandement du Personnel militaire

            Lieutenant-général P.F. Wynnyk
            Commandant de l’Armée canadienne

Date de modification :