ARCHIVÉE - Matrice langues officielles - Inquiétudes de l'Ombudsman 30 janvier 08

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Pièce jointe au Le Chef d’état-major de la Défense remercie l’Ombudsman de son soutien continu et transmet la réponse des chaînes de commandement

Matrice langues officielles - Inquiétudes de l'Ombudsman 30 janvier 08

 

ProblèmeAction requiseRéponse QG SecteurAtlantique de la Force terrestreRéponse QG Secteur du Québec de la Force terrestre/St-JeanRéponse du Chef du personnel militaire
Santé et Sécurité Produire et faire la distribution d’affiches génériques quant aux allergies alimentaires (et les afficher) dans toutes les cuisines au plus tard le 20 fév. 08. Les affiches bilingues concernant les allergies alimentaires sont affichées dans tous les cuisines/mess. Les affiches bilingue ont été produites et affichées dans les cuisines de la Garnison St-Jean. Au CMR Saint-Jean, tous les écriteaux/affiches servant à informer le personnel ou à transmettre des directives sont bilingues. Seuls les écriteaux à l’emplacement du Fort sont unilingues, mais en prévision de la réouverture du CMR Saint-Jean, on est à les remplacer par des affiches bilingues.
S’assurer qu’il existe un nombre suffisant de personnel bilingue au sein des cuisines et des mess. À propos d’effectif bilingue en nombre suffisant au mess – un plan sera mis en place dans les 30 jours comme solution à long terme. À court terme, des cartons seront disponibles en français pour quiconque en fait la demande afin que quelqu’un qui parle français puisse assister l’individu.

Nous sommes conscients que nous devons offrir un service bilingue au sein des cuisines et des mess, toutefois, nous éprouvons actuellement une problématique structurelle difficile à resoudre à court terme. Le personnel est composé de militaires, civils de la fonction publique ainsi que d’employés d’agences privées. Afin de minimiser le risque de conflits inhérent à l’emploi de travailleurs détenant des conditions d’emploi différentes, le principe de rotation des affectations a été instauré. Dans les faits, la même personne peut être affectée aussi bien à la caisse, la cuisine ou à la salle à manger.

Solutions à court terme
Nous envisageons la possibilité de dispenser des cours de formation linguistique pour notre personnel sur une base volontaire. Nous allons fournir des outils à notre personnel sous forme d’un aide-mémoire mentionnant des phrases types, des mots clés en anglais. Nous allons physiquement identifier notre personnel bilingue. Nous voulons que notre personnel soit capable de référer la personne anglophone à une personne bilingue à l’intérieur de 5 minutes.

S’assurer que les instructions permanentes (SOP) des exercices d’évacuation d’incendie soient disponibles dans les deux langues officielles ainsi que leur déroulement. Les instructions permanentes des exercices d’évacuation d’incendie sont disponible dans les deux langues officielles. Le Coordonnateur de la Garnison St-Jean confirme que les exercices d’évacuation d’incendie se déroulent dans les deux Langues officielles et que le plan d’évacuation d’urgence signé par le CCmdt du 5 GSS en août 2007 est bilingue. De plus, le Coordonnateur de la garnison s’assurera d’accroître la diffusion des IPO qui sont déjà bilingues
Produire les SOP des champs de tir dans les deux LO ainsi que toutes les instructions verbales/ Les responsables des champs de tir devront faire la demande à l’avance pour obtenir les listes nominatives des personnes et de la langue officielle de leur choix.

Les Ordres permanents du champ de tir sont disponibles en format bilingue – Ceux des futurs champs de tir le seront également.

Tous les centres d’instruction au combat (CIC), écoles et unités, effectueront des exercices d’évacuation bilingues une fois l’an et tous les exercices au champ de tir seront effectués dans la langue du cours en déroulement. Dans le cas d’un cours bilingue, le Commandant (Cmdt) du CIC a ordonné que les ordres donnés à tous les pas de tir le soient dans les deux langues officielles. Le Cmdt a aussi ordonné que, dans le cas de cours bilingues, l’exposé sur les mesures de sécurité qui a lieu avant le début de l’exercice de tir soit également bilingue.

En matière de sécurité sur les champs de tir l’on doit distinguer deux types d’instructions :

Instructions écrites :
« Règlements des champs de tir et secteurs d’entraînement ». Nous avons une version pour Valcartier et une pour Farnham. Ces règlements sont bilingues.

Instructions verbales
Poste de contrôle des champs de tir. La plupart du temps, les échanges se font en français mais nous disposons de la capacité de répondre également en anglais.

Patrouilleurs et personnel du service des champ de tir
Ce personnel communique avec le personnel cadre des unités et non avec les candidats d’un cours. Donc, si nous savons qu’une unité sur le terrain n’a pas de personnel s’exprimant en français, nous prendrons des mesures pour que le patrouilleur puisse s’exprimer avec le personnel de ce champs de tir dans la langue seconde. À Farnham, il arrive à quelques occasions que l’officier contrôleur doit s’assurer de disposer d’une personne bilingue pour offrir le service au personnel d’encadrement de certaines unités de la réserve.

Pour ce qui est des directives de sécurité transmises au personnel à l’entraînement, cette responsabilité incombe au responsable de l’unité utilisatrice. C’est l’Officier Responsable ou l’Officier de sécurité du champ de tir qui est responsable de s’assurer que tous le personnel à l’entraînement, que tout le personnel cadre et le personnel support comprend les règles de sécurité et le déroulement de l’exercice. Ces personnes sont nommées par le Commandant de l’unité, qui est ultimement responsable de l’entraînement de ses troupes.

Tous les ordres sur les champs de tir sont donnés dans la première langue officielle du peloton, comme c’est le cas des cours dispensés sur le maniement des armes avant de se rendre aux champs. Les seuls stagiaires à qui l’on donne accès aux champs sont ceux qui comprennent toutes les consignes de sécurité et qui peuvent manier leur arme en toute sécurité.
Services de Santé Assurer une disponibilité en nombre suffisant du personnel des soins de santé pour fournir des services efficaces aux militaires dans leur langue maternelle officielle.    

En règle générale, le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes affronte les mêmes défis que les autres organisations du MDN en ce qui a trait au bilinguisme. Cependant, il doit aussi affronter des réalités provinciales et organisationelles pour assurer la prestation de services de santé adéquats.

Le DGS San a pris des mesures correctives, notamment à la clinique de Saint-Jean . Par ailleurs, la 42 C Svc S FC Gagetown a demandé au QG Gp Svc S FC de faire examiner l’organisation de l’unité par le coordonnateur des langues officielles du group pour confirmer les postes à désigner bilingues. Ce centre de santé continuera de combler les postes de la fonction publique qui sont désignés bilingues par du personnel qualifié et il affectera si possible des effectifs bilingues à des postes non bilingues, mais jamais au détriment des critères d’emploi. Les membres des FC et les fonctionnaires seront encouragés à suivre les cours de langue second, quand la cadence opérationnelle le permettra, et à demander une formation continue en langue seconde.

La 42 C Svc S FC de Gagetown continuera également de demander du personnel bilingue au système de gestion des carrières et d’améliorer la signalisation de la clinique ainsi que les affiches indiquant les aires de travail bilingues.

Les stagiaires anglophones se sont dits inquiets de la mise à jour de leurs dossiers médicaux en français et des répercussions possibles sur la consultation ultérieure de leurs dossiers par du personnel médical unilingue anglophone.    

Le Gp Svc S FC considère le dossier médical original comme le document officiel. Par conséquent, la politique ou la pratique en vigeur ne prévoit pas la traduction des documents médicaux dans l’autre langue officielle aux fins de la prestation des soins de santé. Si un fournisseur de services de santé a besoin de consulter des renseignements qui se trouvent dans un document médical rédigé dans une langue officielle qu’il ne comprend pas, il ou elle consulte un professionnel de la santé à des fins de confirmation. Le Gp Svc S FC demeure résolu à traiter les patients dans la langue de leur choix. Mais pour bien consigner les traitements offerts, la pratique veut que les renseignements soint inscrits dans la langue de travail de l’unité qui dispense les soins. Cette pratique veut autant pour les documents rédigés en français au sujet des patients anglophones que pour les documents rédigés en anglais au sujet de patients francophones.

Il n’existe dans la législation fédérale aucune obligation à traduire dans l‘autre lange officielle les dossiers médicaux d’un membre des Forces canadiennes. Le service de santé est de nature personnelle et il est dispensé par un établissement assujetti à la Loi sur les langues officielles (LLO) selon laquelle il y a obligation d’offrir ce service dans la langue de choix des militaires à certaines conditions.

Même si les directives du ministère de la Défense ne sont pas très claires, la pratique courante et l’intention sont fournir les services de santé dans la langue officielle que choisissent les membres des FC. Cependant, la documentation qui constitue un dossier médical est généralement rédigée dans la langue de travail de l’unité, laquelle peut être différente de la langue de service. Ainsi, s’il s’avère qu’un militaire anglophone est traité dans un centre de santé de langue française, les consultations se feront en anglais mais tous les documents rédigés par les médecins ou les infirmières seront probablement énoncés en français et versés tels quels dans le dossier du militaire. Le service est donc offert dans la langue de choix du patient et le dossier tenu dans la langue de travail de l’unité.

On pourrait présumer que dans les bases d’instruction, comme Saint-Jean, Borden et Gagetown, il devrait y avoir un nombre suffisant de praticiens bilingues pour traiter les militaires dans la langue officielle de leur choix. On soulève dans la lettre au CEMD le cas du patient qui était mal à l’aise en présence d’une tierce personne dans la pièce chargée de traduire pour le dispensateur de soins primaires. Il peut s’avérer nécessaire d’écarter cette préférence personnelle pour respecter la norme de diligence, la sécurité de patient et les exigences de la Charte des droits et libertés.

En ce qui concerne la préoccupation soulevée par les documents médicaux rédigés dans l’autre langue officielle, quelques effets secondaires sont dignes de mention : a) il est possible que le patient ne comprenne pas son propre dossier; b) les praticiens éventuels pourraient ne pas saisir toutes les nuances de l’autre langue et mal interpréter des renseignements; et c) la traduction étant une sciene imparfaite, il se peut que des notions ou des précisions se perdent. Les répercussions sont les mêmes, à savoir que la qualité des services offerts aux patients pourrait être compromise. (Solution : Suivi constant des fournisseurs de services de traduction pour que les documents reflètent l’intention originale et demeurent fidèles.)

Visibilité du CLO Renforcer le rôle du CLO en produisant un message qui sera diffusé aux cmdts d’unité afin de faire connaître leur CLO et leurs responsabilités. Les cmdts de base devront inviter leur CLO aux réunions et les encourager à faire une présentation sur les LO annuellement. Voir note 1 ci-dessous.

Lettre du SAFT sera envoyé à tous les cmdt de fmn et les mcdts d’unités afin de promouvoir le rôle du CLOB (Coordonnateur aux langues officielles de la base) et le CLOU (Coordonnateur langues officielles de l’unité). Voir ci-dessous, à la fin de la matrice, les attributions déjà en circulation.

Les cmdt de base devront inviter leur CLO aux réunions et les encourager à faire une présentation sur les LO annuellement.

Situation actuelle : Le J1 occupe techniquement le poste de CLO pour le SQFT. Son rôle consiste principalement à agir comme aviseur auprès du GCmdt en plus d’assurer le lien fonctionnel avec les CLO des garnisons. La gestion des langues officielle au quotidien au sein du SQFT est dévolue au CCmdt du 5 GSS. Nous n’avons pas de position de CLO à temps complet au 5 GSS, les tâches sont attribuées comme tâches secondaires au Capt-Adjt de l’USC. La dotation actuelle est d’un CLO/A (intérim CLO) et deux commis. L’ELRFC et le CMR Saint-Jean ont chacun nommé un coordonnateur des LO (tâche secondaire).
S’assurer que les coordonnateurs du programme des LO jouent un rôle important dans la structure des écoles et des unités et que leur grade correspond au niveau de leurs responsabilités. Révision continue fait par la Conseillère aux langues officielles de l’Armée de terre. 90% des coordonnateurs LO sont au niveau AS-04 ou ils ont un rang militaire équivalent.

Les mcdt de base devront inviter leur CLO aux réunions et les encourager à faire une présentation sur les LO annuellement.

Le CCmdt du 5 GSS invitera le CLO aux réunions et lui demandera une présentation annuelle. De plus, nous pourrions envisager la possibilité d’intégrer les Langues officielles aux programmes mandatés du 5 GSS. Cours obligatoire pour tous, annuellement. La séance de sensibilisation pourrait être environ 45 minutes ( but des Langues officielles, droits linguistiques, etc

Le 12 juillet 2005, CCmdt 5 GSS, transmettait une lettre aux unités hébergées afin d’identifier des Coordonnateurs d’unités (CLOU). De plus, il a été mentionné que le CLOU doit avoir un grade approprié à cette tâche secondaire (adj et plus) et qu’il est accès au Cmdt. La liste à été complété en 2006.

Révision continue fait par la Conseillère aux langues officielles de l’Armée de terre. 90% des coordonnateurs LO sont au niveau AS-04 ou ils ont un rang militaire équivalent.

Instruction Profiter de la période d’orientation de tous les cours pour informer les stagiaires sur la politique des LO et sur leurs droits et responsabilités à cet égard. Produire un document sur ces reconnaissances de droits et responsabilités et s’assurer qu’une copie signée est remise dans chaque dossier de cours.

Le CIC est à élaborer une directive dans laquelle les droits linguistiques de l’ensemble du personnel au sein de la formation seront clairement spécifiés (étudiants inclus). Cette directive bilingue sera affichée dans toutes les écoles et unités de la formation. Tout le personnel du CIC de chaque école de la formation (y compris les étudiants) signera un contrat linguistique inclus dans les formalités de congé (d’arrivée). Ces documents signés seront gardés dans les salles de rapport de l’unité et feront l’objet de contrôle périodique. De plus, une réunion d’information bilingue sur les droits linguistiques, préparée par l’état-major G1 QGCIC, sera donnée aux étudiants et au personnel lors de leur cours d’initiation.

On encourage les candidats à signaler dès le début de l’instruction tout problème de LO à leur chaîne de commandement.

On encourage les candidats à signaler dès le début de l’instruction tout problème de LO à leur chaîne de commandement.

À l’ELRFC, la LLO est présentée durant la période CR-04 au cours des premières semaines d’instruction :donnant un aperçu de la LLO et de l’énoncé de la politique des LO des FC.

L’instruction permanente d’opération est offerte aux candidats à leur arrivée dès le premier jour de l’instruction. Les instructeurs doivent expliquer aux candidats que l’ELRFC s’engage à voir à ce que les candidats reçoivent l’instruction dans la langue officielle de leur choix (français ou anglais).

On encourage les candidats à signaler dès le début de l’instruction tout problème de LO à leur chaîne de commandement.

Vérifier que le nombre de cours du programme d’instruction individuelle et d’éducation (II&E) soit offert aux militaires dans les deux LO.

Le CIC en surveillera l’application et fera rapport trimestriellement au coordonnateur des langues officielles de la doctrine et de l’instruction de la Force terrestre (SDIFT). Considérant la disponibilité d’instructeurs francophones qualifiés et les exigences des déploiements, cela limite ma capacité à en assurer la complète conformité. Le CIC s’appuiera sur les processus du DDOFT et du POTFC afin que, dans la mesure du possible, les délais d’attente de formation pour les Francophones et Anglophones Les étudiants anglophones sont similaires. Il faut aussi noter que le CIC est à court d’instructeurs anglophones. Présentement, la majorité des cours offerts au CIC ne désavantage pas les étudiants francophones.

Offrir un nombre égal de cours en anglais et en français n’arrivera pas. L’objectif est d’assurer que toute l’II et E soit accesible au moment opportun de la carrière afin qu’un membre des FC reçoive l’instruction dont il a besoin pour exercer des fonctions et pour avancer dans sa carrière sans période d’attente indue.La prestation des cours repose sur trois facteurs clés : un nombre minimum de stagiaires pour garantir la qualité pédagogique de l’instruction car une bonne partie de l’II et E exige une grande interaction entre stagiaires pour favoriser l’apprentissage, la disponibilité d’instructeurs qualifiés (notamment dotés des compétences linguistiques requises) et enfin la disponibilité des ressources (installations, aires d’instruction, fonds) nécessaires.

Il faut toutefois noter qu’afin de réduire le temps d’attente de tous les stagiaires, l’ACD cherche des moyens de rationaliser le processus d’instruction, dont les suivants :-Meilleure synchronisation des efforts de recrutement et des calendriers de cours;-Meilleure gestion des effectifs en formation élémentaire pour que les stagiaires puissent obtenir soit de l’instruction individuelle et éducation (II&E) supplémentaire, soit un emploi qui leur soit profitable et qui accélère leur cheminement vers la disponibilité opérationnelle dans l’attente d’un cours de qualification formel.-Augmentation du recours à d’autres modes d’instruction qui offrent de la souplesse, y compris des fournisseurs de cours civils, des ressources contractuelles et des technologies d’apprentissage.

La prestation des cours repose sur trois facteurs clés : un nombre minimum de stagiaires pour garantir la qualité pédagogique de l’instruction car une bonne partie de l’II et E exige une grande interaction entre stagiaires pour favoriser l’apprentissage, la disponibilité d’instructeurs qualifiés (notamment dotés des compétences linguistiques requises) et enfin la disponibilité des ressources (installations, aires d’instruction, fonds) nécessaires.

Les temps d’attente sont les mêmes pour les stagiaires francophones et anglophones de l’ELRFC et du CMR Saint-Jean.Il faut toutefois noter qu’afin de réduire le temps d’attente de tous les stagiaires, l’ACD cherche des moyens de rationaliser le processus d’instruction, dont les suivants :-Meilleure synchronisation des efforts de recrutement et des calendriers de cours;-Meilleure gestion des effectifs en formation élémentaire pour que les stagiaires puissent obtenir soit de l’instruction individuelle et éducation (II&E) supplémentaire, soit un emploi qui leur soit profitable et qui accélère leur cheminement vers la disponibilité opérationnelle dans l’attente d’un cours de qualification formel.-Augmentation du recours à d’autres modes d’instruction qui offrent de la souplesse, y compris des fournisseurs de cours civils, des ressources contractuelles et des technologies d’apprentissage.

La prestation des cours repose sur trois facteurs clés : un nombre minimum de stagiaires pour garantir la qualité pédagogique de l’instruction car une bonne partie de l’II et E exige une grande interaction entre stagiaires pour favoriser l’apprentissage, la disponibilité d’instructeurs qualifiés (notamment dotés des compétences linguistiques requises) et enfin la disponibilité des ressources (installations, aires d’instruction, fonds) nécessaires.

À l’ELRFC tout comme au CMR Saint-Jean, aucun cours professionnel unilingue ne désavantage les Francophones ou les Anglophones.

Nombre equitable de pers bilingue Conseiller les unités sur leurs besoins en dotation de postes bilingues conformément aux critères. Le CIC doit veiller à toujours avoir un nombre suffisant d’instructeurs (francophones et / ou anglophones), avant le début de chaque série de cours dans le but d’assurer la conformité de la norme d’instruction. Bien que nous nous efforçons de respecter cette norme, notre stratégie d’atténuation pour les trois dernières années nous a souvent obligé à offrir de la formation dans des conditions moins qu’idéales. Il n’est pas rare qu’un cours soit offert sans qu’il y ait un effectif complet d’instructeurs et de personnel de soutien. Bref, cela entraîne une charge de travail supplémentaire pour notre personnel. Cette situation n’est pas unique aux instructeurs francophones. Les besoins en matière de déploiements des FC et ceux de l’Armée en particulier exigent de mon personnel d’équilibrer les besoins entre la cadence des FC et celui des instructeurs et du personnel de soutien du CIC. Ces décisions ne sont pas prises à la légère et on a demandé aux Commandants des écoles d’instruction de considérer cela comme étant une exception et non la norme. Avec une augmentation d’instructeurs bilingues, les CIC pourraient être en mesure de réduire, voir même éliminer les formations dans des conditions moins qu’idéales. En somme, le CIC est actuellement à court de cent (100) instructeurs (francophones et anglophones).   Le personnel bilingue est un atout pour nos organisations. À l’ELRFC, 55,6 p. 100 des effectifs sont considérés comme bilingues. Les besoins exacts de l’ELRFC en personnel bilingue sont à l’étude. On estime pour le moment que toute le personnel de soutien administratif plus 35 p. 100 des instructeurs devraiment être bilingues, car entre 75 et 80 p. 100 de leurs activités se déroulent en anglais. À mesure que la liste sera achevée, on la transmettra au DGRMC pour faciliter l’affectation de personne qualifiées.
Services de traduction Produire un CANLANDGEN par G1 LO Diffuser la directive sur les services offerts pour accéder à la traduction

Le Commandement de la Force terrestre (CFT) à en place un partenariat avec TPSGC. Le partenariat offre en avantage à tous les unités de la Force terrestre sur demande, à a gamme complète des services professionnels en langues officielles. Afin de répondre aux besoins du Commandement de la Force terrestre, TPSGC a mis à notre disposition les ressources humaines, matérielles et technologiques suivantes :

-Le CFT est servi sur place par un point de service dans ses locaux situés au QGDN.-Le CFT bénéfice d’un réseau intégré de professionnels qui sont spécialis1és dans divers domaines d’activités.

-Le CFT peut facilement transmettre ses demanded de traductions en utilisant le système de commande en direct et ceci est accessible en tout temps. Le CFT a aussi des traducteurs sur place à Gagetown, Kingston, Valcartier, et au QG

-Le CFT peut soumettre une demande de renseignements terminologiques à la Direction de la normalisation terminologique.

-Le CFT par l’entremise de ce partenariat à accès aux services de traduction, services de révisions, services linguistiques, des traducteurs sur place, services d’interprétation de conférences, et services de terminologie variés.

Le Commandement de la Force terrestre (CFT) à en place un partenariat avec TPSGC. Le partenariat offre en avantage à tous les unités de la Force terrestre sur demande, à a gamme complète des services professionnels en langues officielles. Afin de répondre aux besoins du Commandement de la Force terrestre, TPSGC a mis à notre disposition les ressources humaines, matérielles et technologiques suivantes :

-Le CFT est servi sur place par un point de service dans ses locaux situés au QGDN.

-Le CFT bénéfice d’un réseau intégré de professionnels qui sont spécialis1és dans divers domaines d’activités.

-Le CFT peut facilement transmettre ses demanded de traductions en utilisant le système de commande en direct et ceci est accessible en tout temps. Le CFT a aussi des traducteurs sur place à Gagetown, Kingston, Valcartier, et au QG

-Le CFT peut soumettre une demande de renseignements terminologiques à la Direction de la normalisation terminologique.

-Le CFT par l’entremise de ce partenariat à accès aux services de traduction, services de révisions, services linguistiques, des traducteurs sur place, services d’interprétation de conférences, et services de terminologie variés.

Les traductions de source professionnelle ont encore besoin de révision pour les termes techniques et la mise en contexte. Les instructeurs sont les mieux placés pour accomplir cette tâche, et leurs efforts et qualifications en ce sens sont reconnus. La chaîne de commandement interne administre la charge de travail de tous les instructeurs et met à profit leurs habiletés linguistiques. Cela implique un déplacement continu d’effectifs pour que le personnel le plus compétent soit affecté au bon cours au moment opportun et que le travail soit partagé aussi équitablement que possible. Cela exige beaucoup de coordination, de souplesse et de suivi, mais en fin de compte, les résultats sont probants.

Pour que les instructeurs aient à consacrer moins de temps à la traduction, l’ELRFC est en voie de recruter deux IS-2 qui, en plus de s’occuper de la préparation des programmes d’études, auront des responsabilités de révision prévues dans leur description de travail. Un troisième IS-2 est ajouté à la demande de l’ACD, en vue d’exercer les mêmes fonctions au CMR Saint-Jean. Nous avons demandé des fonds supplémentaires à cet effet, avec l’appui de l’ACD. La mise en œuvre des postes est prévue en juillet 2008.

Leadership Une lettre du CÉMAT aux hauts dirigeants renforçant leurs obligations à favoriser un milieu propice à l’usage des deux langues officielles. Cmdt de la Base va prendre action dans ces rapports. La séance de sensibilisation en matière de LO sera dispensée annuellement lors d’un Conseil Exécutif du GCmdt du SQFT. L’ELRFC et le CMR Saint-Jean travaillent dans les deux langues officielles. Avant que le Bureau de l’Ombudsman ne fasse connaître son désir de visiter les installations de Saint-Jean, le commandant de l’ACD avait demandé une visite d’aide d’état-major (VAEM) pour examiner la situation des LO à Saint-Jean. Cette visite a eu lieu du 23 au 25 octobre 2007.L’ELRFC et le CMR Saint-Jean ont chacun nommé un coordonnateur des LO (tâche secondaire)
Tenir compte des obligations en certu de la LLO dans l’évaluation de rendement des cadres supérieurs, conformément au cadre de responsabilisation pour la mise en œuvre du programme des LO

La Conseillère langues officielles du commandement effectue une visite (parfois plus) à chaque base annuellement afin d’évaluer le programme aux langues officielles. Ces visites incluent une rencontre avec les cmdts de base et des unités. L’appuie est offert à tous les Coord LO des bases et secteurs. Le réseau de Coord LO est très solide. 95% des Coord LO occupe leur poste à temps plein. Les LO sont leur tâche primaire.

Cmdt du Secteur va également envoyer une lettre annuellement par sa chaîne de commandement.

Une lettre du CÉMD et du CÉMAT à été envoyé le 12 juin 2007 et le 30 juillet 2007 à tous les colonels et généraux (Force régulière et Force de la Réserve). Le message clé de la lettre est comme suit :

 « Favoriser et conserver un milieu de travail propice à l'utilisation des deux langues officielles relève d'un leadership responsable. Pour y arriver, il faut établir des objectifs de rendement mesurables qi peuvent rndre forme de réunions bilingues, du maintien des connaissances de sa deuxième LO ou encore de communiquer avec les employés et les militaires ddans la LO de leur choix, etc. Ces objectifs seront intégrés au processus du RDP. » 

La Conseillère langues officielles du commandement effectue une visite (parfois plus) à chaque base annuellement afin d’évaluer le programme aux langues officielles. Ces visites incluent une rencontre avec les cmdts de base et des unités. L’appuie est offert à tous les Coord LO des bases et secteurs. Le réseau de Coord LO est très solide. 95% des Coord LO occupe leur poste à temps plein. Les LO sont leur tâche primaire.

Les différents conseils de mérite des cadres supérieurs de la Force régulière et de la Réserve reflètent les exigences en matière de LLO.

Une lettre du CÉMD et du CÉMAT à été envoyé le 12 juin 2007 et le 30 juillet 2007 à tous les colonels et généraux (Force régulière et Force de la Réserve). Le message clé de la lettre est comme suit :

« Favoriser et conserver un milieu de travail propice à l’utilisation des deux langues officielles relève d’un leadership responsable. Pour y arriver, il faut établir des objectifs de rendement mesurables qui peuvent prendre forme de réunions bilingues, du maintien des connaissances de sa deuxième LO ou encore de communiquer avec les employés et les militaires dans la LO de leur choix, etc. Ces objectifs seront intégrés au processus du RDP. »

Équipe Cohésive Veiller à ce que l’environement soit accueillant pour les groupes linguistiques minoritaires Sondage du Commandement sera fait en mars avec les résultats produit par 15 avril 2008. Sondage du Commandement sera fait en mars avec les résultats produit par 15 avril 2008. Après vérification, autant l’ELRFC que le CMR Saint-Jean indiquent qu’il n’y a ni perception ni manifestation d’une distinction ou d’animosité entre les deux groupes linguistiques dans leur établissement.

Haut de la page

 

 

Date de modification :